Parier en ligne
Comparateur de cote | Parier en direct | Pronostic Foot | Miser en ligne
Comparatif indépendant des sites de paris sportifs, paris hippiques et poker en ligne
Tous les sites présentés par
parier-enligne.com sont agréés
par l'Autorité de Régulation
des Jeux En Ligne

Retour page d'accueil
Prochaines affiches

Flux RSS   Flux Atom


EURO 2016 : analyse du Groupe F

C'est clairement le groupe le plus faible du premier tour. Normalement, c'est un boulevard pour le Portugal !

Le Portugal tranquille

Comme Lionel Messi, Cristiano Ronaldo a tout gagné en club (coupes et championnats nationaux, Ligue des Champions...) ou à titre individuel (Soulier d'Or, Ballon d'Or). Mais comme Lionel Messi, son palmarès en sélection nationale est vierge. Pendant l'Euro, il fera tout son possible pour tirer la Seleçao vers le haut, comme il l'a fait durant les éliminatoires, en inscrivant 5 des 11 buts de son équipe.

Durant cette campagne de qualification, outre une défaite inaugurale à domicile face à l'Albanie, les Portugais n'ont enregistré que des victoires (si l'on met de côté les deux défaites infligées par la France qui ne comptent pas dans le classement final).

Le Portugal, 8e au classement FIFA, arrive donc en France assez confiant. Les vieux briscards comme Ricardo Carvalho (37 ans), Pepe (33), Joao Moutinho (29), Nani (29) et Ronaldo (31) forment l'ossature de l'équipe et sont toujours très motivés. Reste à savoir dans quel état de fraîcheur ils aborderont la compétition, après une longue saison en club.

Leur expérience sera la bienvenue pour encadrer la nouvelle génération, symbolisée par Rafa Silva, Joao Mario, ou encore la pépite Renato Sanches.

La surprise autrichienne

L'Autriche a été la véritable surprise des éliminatoires, terminant en tête de son groupe devant la Russie et la Suède, notamment. Ils ont réalisé un parcours presque sans faute, avec 9 victoires et 1 nul (22 buts marqués pour 5 encaissés).

L'Autriche sort véritablement de nulle part. Ils n'étaient pas parvenus à se qualifier pour une compétition internationale depuis la Coupe du Monde 1998 et c'est la toute première fois qu'ils se qualifient pour un Championnat d'Europe (ils étaient présents en 2008 en tant que pays organisateur).

Le joueur le plus connu de la sélection est le défenseur du Bayern Munich, David Alaba. Le reste de l'effectif évolue dans des clubs moins huppés de Bundesliga (voire de Bundesliga 2, la Ligue 2 allemande) ou en Suisse et en Autriche, tels que les attaquants Rubin Okotie (Munich 1860) ou Marc Janko (FC Bâle). On soulignera aussi l'importance de l'expérimenté Christian Fuchs en défense, lui qui vient d'être sacré champion d'Angleterre avec Leicester.

L'Islande dans l'inconnu

Premier Euro aussi pour l'Islande qui, pour l'occasion, a sorti de sa retraite internationale le vétéran Eidur Gudjohnsen (37 ans !), afin qu'il fasse profiter à ses coéquipiers son expérience des grands rendez-vous (il a notamment évolué à Chelsea et Barcelone durant sa longue carrière).

L'Islande a réussi à tirer son épingle du jeu durant les éliminatoires, alors qu'elle était pourtant placée dans un groupe assez relevé. L'Islande termine finalement 2e (6 victoires, 2 nuls, 2 défaites), à 2 points des Tchèques mais devant la Turquie et les Pays-Bas, qui resteront à la maison.

Actuellement 35e au classement FIFA, l'Islande a effectué une préparation alternant le bon (victoires contre la Grèce et la Finlande) et le moins bon (défaite face au Danemark, Slovaquie et Pologne, sachant que tous ces matchs ont été joués en déplacement, personne ne voulant faire le voyage jusqu'en Islande !).

Le retour de la Hongrie !

On pourrait presque dire que la Hongrie fait partie des petits nouveaux de cet Euro tant leur dernière participation remonte à longtemps. Depuis l'âge d'or du football hongrois, dans les années 50 (finaliste de la Coupe du Monde 1954) et les années 60 (3e de l'Euro 1964), c'est véritablement le calme plat, un long dimanche de solitude pour les supporters hongrois.

Alors même s'ils ont validé leur ticket pour l'Euro au tout dernier moment (barrages face à la Norvège, 1-0 puis 2-1), après avoir réalisé des éliminatoires plutôt moyens (4 victoires, 4 nul, 2 défaites), on accueille avec plaisir les Magyars, même si leur séjour en France risque d'être très bref.

Bilan

Sauf blessure ou grosse fatigue de ses cadres, le Portugal devrait terminer en tête de ce groupe F, le plus faible de l'Euro. Derrière, si les Autrichiens parviennent à garder le même rythme que durant les éliminatoires, ils devraient pouvoir assurer aussi leur place en huitièmes de finale. Entre l'Islande et la Hongrie, la bataille sera rude pour éviter la cuillère de bois...

Rédigé par Paul Ghielmi

 


Partager sur : Facebook Twitter Myspace Google Yahoo! Digg Delicious Wikio Reddit Scoopeo Blogmarks
Meilleurs sites - Sport
Betclic Bonus : 100€
Idéal pour les débutants
Voir la fiche Voir le site
PMU Sport Bonus : 170€
Simplement excellent
Voir la fiche Voir le site
Bwin Bonus : 50€
La référence européenne
Voir la fiche Voir le site
Voir le classement complet
Meilleurs sites - Turf
GenyBet Bonus : 250€
Un site très complet
Voir la fiche Voir le site
PMU Bonus : 170€
Le PMU reste solide
Voir la fiche Voir le site
ZEturf Bonus : 250€
Une offre excellente
Voir la fiche Voir le site
Voir le classement complet